L’abeille noire : une vieille dame

L’abeille noire est d’origine ouest-européen. L’apiculture “moderne” l’a quasiment fait disparaitre génétiquement. Elle était considérée par les apiculteurs comme peu productive et agressive. Une “sale bête”, dont il fallait se débarrasser. Les apiculteurs amateurs comme professionnels lui préféraient des abeilles étrangères (caucasiennes, italiennes, etc) ou, mieux encore, la fameuse “BUCKFAST”, abeille “de compétition” capable de produire des centaines de kilos de miel par an.

Le temps est au bio, à la nostalgie, à l’agriculture d’autrefois, alors les assassins d’hier deviennent les nouveaux protecteurs de l’abeille noire. Même l’INRA s’y met. C’est dire comme le phénomène est important !

Finalement, même si l’être humain est toujours incohérent, cette mode est une chance pour la biodiversité. Des conservatoires mènent des actions pour sauver cette race d’abeilles et la réintroduire massivement.

Abeille noire avec une reine en jaune

Conservatoire de l’île d’Ouessant Conservatoire d’Île de France Conservatoire en Val de Loire Conservatoire  de l’île de Groix Mellifica (Belgique) Etc.

Est-ce la solution au déclin des abeilles ?

Pour autant, est-ce la solution la solution au déclin des abeilles ? Je ne crois pas. Le monde a considérablement changé en un siècle.

Réintroduire l’abeille noire, c’est comme vouloir réintroduire l’homme de Cro-Magnon en espérant qu’il sera plus résistant que nous au cancer. Le pauvre homme serait vaincu en moins de deux par des tas de maladies auxquelles nous, humains du 21ème siècle, sommes désormais résistants. Pour l’abeille noire, c’est la même chose. Les conservatoires cherchent à ressusciter “l’abeille Cro-Magnon” en espérant qu’elle résistera à notre monde moderne.

Les abeilles naturellement résistantes

Les seules abeilles qui résistent aux agressions humaines aujourd’hui sont les abeilles domestiques qui, ayant échappé aux humains, sont redevenues sauvages.  Elle sont génétiquement un mixte de toutes les races d’abeilles existantes en un lieu donné.

Ces abeilles naturellement résistantes (ANR), vivent parfois depuis 20 ans dans des murs, des toitures, des arbres creux, ou encore dans des ruches abandonnées, sans aucune intervention humaine. Ce sont ces abeilles sauvages que chez BEEodiv, nous recoupons, multiplions et réintroduisons dans la nature.

 

Page suivante…