L’aquaponie 2.0 ? Non merci !

Pour bien comprendre l’aquaponie 3.0 il faut bien comprendre les travers de l’aquaponie 2.0

Nous sommes actuellement dans l’aire aquaponie 2.0.  L’idée de produire plantes et poissons en même temps est très séduisante mais pas très satisfaisante écologiquement.

La surface des installations en aquaponie

En aquaponie 2.0, on fait horizontalement hors sol ce que l’on peut faire horizontalement sur le sol. Est-ce vraiment judicieux ? Même si les rendements sont un peu plus importants, le gain de surface est faible.

Faire horizontalement en serre ce que l'on peut faire horizontalement en terre !

 

La nourriture en aquaponie

En aquaponie 2.0, tuer des poissons en mer pour nourrir des poissons sur terre. Il y a quelque chose qui cloche.

Tuer des poissons en mer pour nourrir des poissons sur terre !

L’aquaponie 2.0, pour quoi faire ?

  1. Faire du” fric” avec des solutions high-tech pour client riche ?
  2. Faire du buzz avec de petits systèmes vendus à des collectivités en manque de bonne conscience écologique ?
  3. Faire quelques légumes dans son jardin pour s’amuser ?

Les 3 options de l'aquaponie

L’aquaponie 3.0, c’est quoi ?

  • Un système simple et robuste sans high-tech
  • Un système de nourriture pour poisson “terrestre” et “locale”
  • Un système vertical pour optimiser la surface
  • Un système simple d’utilisation pour une accessibilité à tous
  • Un système faible consommateur d’énergie

L’idée est qu’il est préférable d’avoir 1000 petits systèmes aquaponiques produisant 500 kg de nourriture en ayant un impact très faible sur l’environnement, plutôt que 200 énormes systèmes aquaponiques produisant 2500 Kg de nourriture en polluant considérablement la planète.

Le projet d'aquaponie 3.0

Le projet Aquaponie 3.0 de BEEodiv

Le projet a été lancé début janvier 2016.

La première étape consiste à modifier considérablement l’organisation de la serre.

  1. Séparation des circuits, poissons, bactéries, plantes.
  2. Optimisation du circuit d’alimentation des bacs
  3. Optimisation du chauffage ou du refroidissement du bac à poisson (5° l’hiver, 25° l’été !)
  4. Optimisation de la surface verticale.

Fin des travaux : début mars 2016

Le seconde étape, qui sera la plus délicate, concernera la création de nourriture “terrestre” et “locale”. Cela fera l’objet d’un prochain article.